In Slumber

ÉCOUTER - VOIR LA PARTITION

Micro-ballet pour une danseuse, flûte, hautbois, saxophone soprano, accordéon, contrebasse et électronique, d'après le Fungi For Yuggoth d'H.P. Lovecraft.

Commande de l'ensemble Pre-Art Soloist dans le cadre des Tage für Neue Musik de Zürich.

L’oeuvre de Lovecraft, génial auteur fantastique du début du 20ème siècle, est toute entière hantée par la question du rêve. Le rêve remplace le souvenir bien réel mais effrayant d'une réalité que l'on refuse. Le rêve comme moyen de voyager dans l’espace et dans le temps. Le rêve dans lequel Lovecraft lui même dit trouver son inspiration ; j’aime à croire qu’il croyait vraiment à la mythologie qu’il en a extraite, qu'il croyait en ses rêve comme étant plus que de simples visions. Chacun des 36 sonnets de Funghi for Yuggoth est comme une page du journal de bord d’un voyage onirique dans lequel on découvre le monde de Lovecraft : paysages fantastiques et terrifiants, dieux oubliés, citées abandonnées... Dans In slumber j’ai choisi de mettre en scène le sommeil de Lovecraft traversé par des rêves dans lesquels il découvre la réalité terrifiante qu’il décrit dans ses nouvelles. Ainsi la pièce alterne entre sommeil léger, sommeil profond et sommeil paradoxal, lieu du rêve.

À trois reprises, le rêve intervient, sous forme de poème. La musique électronique tente d’illustrer leur aspect surréaliste et la danse notre réaction face à ces derniers : rêve lucide, rêve subit, cauchemars.... Mais au réveil, le rêve n’est que réminiscence, fragment désordonné. Comment savoir s’il n’est qu'une construction de l’esprit ou un moyen surnaturel de découvrir enfin l’origine du monde?


Posts Récents
Archives
  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-youtube

© 2015 by NvR. Proudly created with Wix.com